desk-yesweblog
Blogging

Le Rythme de Publication

Toute personne qui s’attendait à tomber là sur un article super académique, du style voilà en 10 points le rythme de publication parfait, alors il risque d’y avoir un choc des cultures, car si en effet il existe des articles bien fichus prônant les vertus du rythme idéal et comment l’atteindre, perso, je persiste dans l’idée qu’un bon rythme est celui dont on a envie, celui qui tient dans cette nécessité de poser des mots sur des idées, des pensées et de les diffuser, que le bon rythme est celui qui anime et qui fait que souvent, ce seront ces billets là qui marcheront.

Je ne ferai donc pas ce qui est fait la plupart du temps, à savoir conseiller la rigueur absolue, ni préconiser de se tenir à un agenda de ministre, ni encore de s’imposer un rythme de publication quel qu’il soit. 

Entre qualité et quantité

Je ne renie pas l’intérêt d‘avoir du contenu, ni le fait qu’avoir pas mal de contenu puisse jouer un rôle important pour un bon référencement d’un blog. Je ne nie pas qu’une certaine régularité puisse être un point important pour un lectorat. Je suis loin d’ignorer aussi qu’un minimum d’organisation peut rendre un Blogging beaucoup plus confort. 
Pourtant, je reste convaincue qu’une majorité de blogueuses et blogueurs, pour lesquel(le)s bloguer est un loisir, une passion, le rythme de publication n’est pas une fin en soi, et que ce qui les intéresse d’abord, c’est de publier bien, de publier des trucs de qualité, des trucs qui résonnent, qui ont de la profondeur, et pas de publier juste pour mettre un truc en ligne. Je reste persuadée que pour beaucoup, il faut d’abord publier qualité avant de publier quantité.

blabla

Bloguer par plaisir

Comme dit ailleurs, un blog, c’est avant tout une personne, un auteur. Et avec cet auteur et le blog qu’il anime, il y a les visiteurs, les lecteurs. Après moultes lectures sur le sujet, je constate qu’une pratique courante sur le web sévit depuis déjà plusieurs années dans les conseils destinés aux blogueurs débutants comme aux autres. Cette pratique consiste à rabâcher que parmi les efforts à faire pour son blog, c’est de publier encore et encore, genre rythme d’usine. Vous aviez un rythme quotidien ? Alors faites encore plus ! Voilà ce que beaucoup préconisent. Alors ouais, c’est souvent préconisé avec une tonnes d’autres conseils qui viseront à vous faire publier tel un forcené pour faire entrer le blog dans un cercle vertueux qui fera grimper votre nombre de visites et optimisera dans une certaine mesure le référencement. Mais franchement, sauf à des fins purement intéressées et une grosse envie de peut être faire du fric, quel blogueur amateur aspire vraiment à ça ? Et le plaisir de bloguer, l’a-t-on encore vraiment après de tels marathons de la publication en chaîne ?

time

Le lecteur

Souvent, lui, il est un peu zappé des listes pseudo-magiques de conseils. Beaucoup invitent à publier beaucoup, à publier encore, mais pensent ils au lecteur ? Le lecteur n’est pas un con. S’il découvre un blog et qu’il en aime le contenu, alors il reviendra. Le rythme de publication, il l’appréciera et sera même susceptible de le faire savoir via des commentaires et autres interactions sur le web. Toujours est il que même quand on déplore une certaine irrégularité de la part d’un auteur de blog, on est quand même bien content quand il publie à nouveau, quand bien même ça faisait un moment que ce n’était pas arrivé. On ne s’arrête pas de vivre en attendant. On se dit dommage, c’est long, on râle peut être, mais toujours est il qu’on y revient si on aime, moi la première. Et puis si on ne veut pas se frustrer à venir voir si un nouvel article est mis en ligne sur un blog qu’on aime, et bien on s’abonne à la newsletter, ou à ce même blog, ou à la page Facebook ou autre pour être prévenu que du neuf vient d’être livré. Et quand du neuf arrive, c’est juste une belle surprise et on est happy d’aller lire ! Parce qu’on sait que la qualité sera sûrement là. Au final, il y a même une sorte de satisfaction à retrouver ce contenu qu’on avait attendu.

Le rythme de publication, celui qui est idéal, c’est surtout celui qui convient à l’auteur du blog. Dans le meilleur des cas, un blogueur sera peut être un peu frustré de ne pas avoir assez de temps pour publier plus. Le rythme idéal, c’est le vôtre, celui dont vous êtes maîtres. Cet article sonne un peu démago ? Pourtant il ne se veut pas démago et je ne le veux pas démago. Il ne se veut en revanche pas consensuel non plus. Pas envie de sortir une énième liste sur le rythme publication magique qui changera la vie d’un blog. Bien sûr qu’un rythme minimum est indispensable. Bien entendu, un blog vide est comme un blog mort et bien entendu toujours, un blog rarement mis à jour donnera peu envie d’y revenir. Mais a-t-on vraiment envie d’aller ou de retourner sur un blog au contenu renouvelé chaque jour mais qui sonne creux ? M’est avis que non et m’est avis aussi que je ne suis pas la seule à le penser.

Article Précédent Article Suivant

Pourrait également vous intéresser

4 Commentaires

  • Répondre Claire 8 novembre 2014 at 12:45

    Salut GG,
    Je suis totalement d’accord ! De toute façon j’ai bien du mal à publier régulièrement, et on ne pas forcer l’inspiration à venir..
    A bientôt!

    • Répondre GG 8 novembre 2014 at 13:14

      Coucou miss, merci pour ce petit mot :) Oui l’inspiration, on ne peut pas la forcer, le cas échéant en général, ça donne pas des résultats folichons

  • Répondre Lili - Le Tarot des Blogueuses 11 novembre 2014 at 10:54

    J’aime beaucoup ton article et je suis tout à fait d’accord avec toi. Si on est dans la publication frénétique, on est dans le productif à tout prix et on s’oublie soit même. Je suis persuadée si on ne réfléchit pas à ce qu’on fait, à un moment on va craquer car on ne sera plus satisfaite de sa vie et on finira par faire la connaissance de Monsieur Burn Out et de ses potes. Je ne suis pas du tout contre le fait d’avoir des objectifs de visites et d’argent mais comme tu le dit, publier à son rythme, c’est avoir le temps de faire du contenu de qualité (A moins qu’on se fiche de produire du caca ^^) De nos jours, la patience n’a pas toujours bonne presse. :)

    • Répondre GG 11 novembre 2014 at 10:57

      Tu as tout bien résumer :) Quant à la patience, elle est loin d’être facile à tenir sur la longueur, ce que je comprends, mais comme le reste, ça reste aussi un petit défi vis à vis de soi même qu’il faut tenter de surmonter :)

    Laisser un Commentaire