peur
Blogging

Oh Mon Dieu J’ai perdu des Abonné(e)s !

On a beau prôner le plaisir et le Blogging serein, il faut bien reconnaître qu’il y a tout de même toute une petite flopée de trucs, de machins, enfin bref, de choses, qui font flipper le blogueur ou la blogueuse. Du tout petit désabonnement de la page Facebook qui sonne comme un désaveu, au compte qui ne vous aura suivi qu’une petite heure sur Twitter, il y a parfois des détails dont on se passerait bien volontiers et qui rendent tout chafouin quand ils surviennent. Mais faut-il vraiment être sensible à tous ces détails ?…

nonono-wife-screaming

Les Unfollow, les Désabonnements

Tout propriétaire de blog qui bouquine un peu d’autres blogs et qui fait de la veille, bref, tout blogueur qui sait à peu près comme ça se passe dans l’espace de la Blogosphère, sait qu’il y a toujours quelque part une histoire d’abonnements et de nombre d’abonné(e)s. Qu’il s’agisse des abonnés à la page Facebook du Blog, d’abonnés via un portail comme Hellocoton ou tout autre système qui permet de compter le nombre de personnes (disons plutôt de comptes) qui suivent un blog, il y a toujours, je dis bien toujours, une envie de voir ce ou ces chiffres grimper. Jusque là tout va bien. C’est le lot de la plupart des blogueurs que de suivre le nombres d’abonné(e)s ou followers et d’apprécier quand ça augmente.

Mais qui dit probabilité d’augmentation, sous-entend qu’il peut aussi y avoir du désabonnement, de l’unfollow, du ‘Vas-y je clique pour ne plus suivre ce blog’. C’est là que pas mal de blogueurs flippent et sont sensibles aux baisses, au chiffre qui diminue. Car ça fait flipper de voir un ou deux désabos, et de voir que ça redescend. Comme ça en fait flipper beaucoup de voir quand les stats tirent vers le bas, en mode toboggan.

laptop-blog-yesweblog

Pourtant, un ou deux abonnés en moins sur Hellocoton ou sur la page Facebook. Cela va-t-il tout changer ? Une personne a cliqué pour ne plus recevoir la newsletter. Vous avez perdu deux abonnés sur Twitter. Outch. Mais quoi. Faut-il flipper ou grogner ? Faut-il s’arrêter de Bloguer ? Faut-il se mettre martel en tête pour tenter de reconquérir ces personnes ?

M’est avis que non. M’est avis qu’il est normal d’être sensible à ces baisses ou désabos, au début. Mais, m’est surtout avis que quand quelqu’un se désabonne, alors voilà. Soit. Quelque chose n’a pas plu ? Ou alors le Blog plaît moins depuis quelques temps ? Ou plus le temps de lire le blog ? Ou le compte a-t-il tout simplement été supprimé ?… Voilà pas mal de questions qui surviennent quand on a tout juste lancé son blog. Et auxquelles on ne peut pas répondre. Car le mieux est de ne pas chercher à savoir. Un ou deux désabonnements ne tueront personne. Encore heureux. Ils n’empêcheront pas non plus un blog de tourner. Alors quand quelques chiffres sont en baisse, que des abonnés se barrent, que le compteur Twitter fait la gueule, il suffit de continuer, en regardant droit devant.

Les abonné(e)s lorsqu’ils s’accostent au blog via Newsletter ou tout autre moyen, ils ne se marient pas avec le blog, ni avec le blogueur ou la blogueuse. Ils avaient envie de suivre, puis plus envie? Quelle que soit la raison d’un désabonnement, cela ne doit pas atteindre le blogueur au point qu’il s’en inquiète, surtout si le propriétaire de blog est satisfait de son boulot et que le retour est globalement très bon de la part du lectorat.

On ne peut tout simplement pas plaire à tout le monde. Et encore moins plaire à tout le monde tout le temps.

La Qualité avant les chiffres

Loin de moi l’idée de dire que le nombre d’abonné(e)s ne compte pas. Bien entendu il compte. Car un compteur à zéro en stats ou sur les réseaux sociaux, c’est un peu le drame si on souhaite au minimum un commentaire ou deux et une dizaines de lectures de son super dernier article en date ^^ Mais plutôt que d’avoir 10 000 personnes/comptes qui vous suivent et ne réagissent jamais à vos publications, ne préféreriez-vous pas avoir quelques centaines ou le petit millier qui lui est actif et interagit avec vous et réagit à vos publications ?

La course au chiffre, ou plutôt, la course aux GROS chiffres, ce n’est pas une fin en soi. Même si on peut lire à droite à gauche et lire souvent qu’il faut toujours chercher à grossir encore et encore les rangs de ceux qui suivent le blog, au bout d’un moment, ça devient ridicule. Car quoi, vous avez atteint les 10 000 ? Et ensuite, on vous invite à viser 20 000 ? Et après ? Quand cela s’arrête-t-il ?

Le fait est qu’en termes de nombres d’abonné(e)s comme en termes de volume de trafic, encore faut-il avoir un lectorat qualifié. J’entends par là, un lectorat ou des abonné(e)s/membres, qui vous suivent parce que vous écrivez et publiez leur plaît vraiment. A quoi cela sert-il sinon d’avoir 10 000 abonné(e)s ça où là si seule une poignée vous lit ?

Alors oui, les chiffres c’est bien, mais la qualité et le lecteur ou visiteur qualifié, c’est mieux. Et non, quelques abonné(e)s en moins ce n’est pas la mort. Dommage ? Oui. Regrettable ? Pourquoi pas. Triste ? Non. Grave ? Non. Ennuyeux ? Non plus :)

keyboard-blog

Relativiser, Observer et Analyser

Le Nombre d’abonnés, ça ne rendra pas forcément un blog ni beau, ni sympa, ni populaire. Il faut bien savoir aussi différencier aussi le point d’entrée concerné. Sur Twitter par exemple, le nombre d’abonnés est souvent très volatile. Il peut être possible d’avoir 100 abonnés de plus en une journée et d’en perdre la moitié. C’est une des particularités de Twitter. Hellocoton ? Univers très féminin, très sélectif, très exigeant. Là aussi, ça va ça vient. Il y a du turn over même si c’est beaucoup plus stable qu’un compteur Twitter. Mais pas facile de faire son trou sur une place où il y a déjà beaucoup de monde et beaucoup de jolis blogs. Pas facile non plus de conquérir le coeur de personnes qui ont sûrement déjà pas mal de blogs dans leur fil d’actualité. Facebook ? Pinterest ? Instagram ? Il faut aussi savoir s’arrêter et se dire qu’on ne peut pas être partout, ni tout le temps, ni péter des records d’abonnés sur chaque plateforme ou réseau social.

Il faut donc analyser pourquoi on a plus d’abonné(e)s à un endroit plus qu’à un autre. Instagram ne décolle pas ? Peut-être est-ce parce qu’on préfère voir vos photos sur ordinateur/grand écran ou encore qu’on préfère vos écrits. Vos lecteurs ne sont peut-être eux-mêmes pas globalement attirés par la photo ou ce réseau social ? Votre Pinterest est désert alors que votre compte Twitter explose ? Et si l’univers de votre blog était tout simplement plus adapté à Twitter ?

Vos chiffres sont bas un peu partout. Ok. Et si vous réfléchissiez à ajouter des visuels à vos publications ? A publier plus ? Ou moins ?

Le fait est que comme tout et partout pour un blog, tout est aussi une histoire de rythme à trouver, de manière de communiquer à trouver. Et ça, si des abonné(e)s ne vous le pardonnent pas, s’ils se désintéressent vite ou tôt, c’est peut-être aussi qu’ils n’étaient pas les lecteurs que vous attendiez, qu’ils n’étaient pas ceux qu’on appelle des ‘fidèles’.

love-blogging-yesweblog-dot-fr

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut perdre des abonné(e)s. Mais qu’on peut aussi en avoir d’autres :) Alors plutôt que de déprimer pour ceux qui ont pris la tangente, autant se préoccuper de ceux et celles qui sont là, qui vous suivent vous et votre blog, fidèlement ;)

Merci à tous de suivre YWB depuis le début ou depuis peu. Je me réjouis régulièrement de voir que vous êtes fidèles et j’espère, j’espère fort proposer des publications que vous appréciez :)

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply tania 18 décembre 2015 at 15:14

    Bonjour

    j’ai pu remarquer que le nombres d’abonnés pouvaient être trés différents pour un même blogueur suivant le réseau social, genre 50 000 abonnés sur instagram 3000 sur facebook 2500 sur twitter
    j’imagine que les abonnés ne sont pas les mêmes et ne recherchent pas la même chose surtout si le blogueur ou la blogueuse ne propose pas le même genre de contenu sur chaque réseau social.

    j’imagine qu’ au début d’un blog on est plus sensible à ces chiffres surtout si l’on sait qu’on a une communauté fidèle de lecteur. et peut être une question d’égo mais pas le sens négatif du terme, j’imagine que ça doit faire plaisir de voir plusieurs milliers d’abonnés. après faut il encore que tous les abonnés lisent tout le contenu du blog.
    étant nouvelle sur twitter je m’aperçois que des fois je loupe des twitts
    en tout cas article intéréssant pour apprendre à relativiser les unfollow

    je te lis depuis un moment mais c’est mon premier commentaire ici
    bon we

  • Reply Sweet Judas 19 décembre 2015 at 00:40

    C’est un peu étrange, globalement, cette pseudo-mode du nombre d’abonnés, de likes, de partages, de commentaires, de bébés phoques et de blablablas ‘fin bref, on a compris l’idée. Comparativement aux articles de ces derniers mois qui semblent fleurir de partout, tels des pâquerettes au mois de mai et qui prônent le « Moi, j’ai que trois abonnés mais au moins j’ai gardé mon intégrité/ma passion/mon talent/mon indemnité chômage » (l’inverse existe également, à base de « Moi, j’ai 300 000 abonnés, j’ai peut-être vendu mon âme et mon RSA pour un plaid en fausse fourrure mais on m’offre des séjours à Disneyland et JE T’EMMERDE »).
    Les premiers articles que j’avais lu sur le sujet m’avaient interpellé et amusé, dans une certaine mesure (je débarquais de 2010 et de Skyrock, autre époque hein), maintenant ça m’enjaille beaucoup moins. Trop de redites, trop de bons sentiments qui dégoulinent de partout, ça m’ennuie.
    Certes, savoir qu’on est lu(e), c’est cool, ça fait mousser l’ego et briller la truffe, mais pourquoi est-ce que tout le monde ressent le besoin de le crier sur tous les toits bloguesques qu’il croise ? Hein, pourquoi (« pourquoi pourquoi tout ça n’arrive qu’à moooiii et pourquoi est-il tombé sur mooiiii »)(grosse référence, téma la culture) ?

    Voilà, c’est mon interrogation du soir. J’aime bien les réponses en deux parties, deux sous-parties et sans conclusion parce que les conclusions ne servent à rien sauf à prouver que tu savais pas de quoi tu causais (licence de droit, j’écris ton nom).

    La bise ~

  • Reply Sarah 19 décembre 2015 at 18:13

    Salut GG,

    J’aime bien ton approche nuancé et cette analyse pertinente du nombre d’abonnés.
    Comme tu dis, la course aux chiffres est un peu réductrice et en même temps, je défis n’importe quelle blogueuse de s’en foutre totalement. Si on blogue, c’est qu’on a envie d’être lu sinon on écrit das un cahier.

    Mais bon, ça permet de philosopher et de se dire que finalement, l’audience, c’est pas quelque chose qu’on contrôle (et ça, ça fait parfois mal à mon petit coeur de dictateur en herbe^^lol)

    Quand je perds des abonnés (bon je n’en ai pas des masses sur mon nouveau blog, c’est vrai^^) j’essaye de voir les choses de manière positive:

    – un de perdu, 10 de retrouvés, comme disais ma grand mère

    – c’est surement mieux ainsi, restons amis (sincèrement comme tu le dis, il vaut mieux quelqu’un qui se désabonne plutôt qui ne s’intéresse pas du tout à notre contenu). Quality street, euh first…

    – casse toi pauv’ con pour finir parce que bon… des fois, ça m’énerve quand même…

    Merci pour ton article en tout cas et à bientôt!
    Sarah

  • Reply Elodie S 20 décembre 2015 at 05:23

    Je suis absolument d’accord avec ce que tu dis: le nombre d’abonnés ne reflète pas toujours la valeur d’un blog.
    Pour ma part, je suis plus sensible par un désabonnement sur HelloCoton qu’un désabonnement sur twitter par exemple. Je suppose que ça fait du fait que, comme tu l’expliques si bien, twitter est un peu plus « instable » …

  • Reply Cathy / My Name Is Georges 22 décembre 2015 at 15:33

    Ton article me parle énormément! Comme tout le monde, je n’aime jamais voir qu’une ou deux lectrices se sont désabonnées sur Hellocoton, Facebook ou même Instagram, ça me fait un petit quelque chose, mais ça dure trente secondes, maximum, parce qu’après tout je préfère « stagner » à une centaine d’abonnées qui lisent vraiment mes articles et qui s’en inspirent d’une manière ou d’une autre, qui commentent, qui réagissent et que j’aime suivre aussi! La course aux likes, honnêtement, très peu pour moi. J’ai eu l’occasion de rencontrer dans ma ville des blogueuses beauté qui avaient l’air interloquée par mon peu de « chiffre » sur les réseaux sociaux après deux ans de blogging. Je leur ai dit que je ne cherchais pas à tout prix les likes (en enchainant les concours ou les partenariats) mais que je blogguais uniquement par plaisir. Si les abonnés grimpent, tant mieux, je découvrirais de nouveaux blogs ou de nouvelles belles personnes. Si les chiffres ne décollent pas, tant mieux, au moins je reste dans une petite bulle intime et confidentielle que je tiens aussi à préserver!
    Des bisous ♥

  • Leave a Reply