Freelance et doutes

Travailler à son compte, c’est beaucoup de plaisir, de challenge. C’est beaucoup de positif dans une vie professionnelle. Toutefois, comme justement il s’agit d’une vie professionnelle comme les autres, il y a aussi des aspects moins sympathiques. Moins reluisants. Avec des aléas en tout genre. Et assez couramment, des doutes. Doutes sur l’avenir, sur la sécurité ou stabilité financière difficile à garantir. Doutes sur ses compétences, sur son expertise. Sur son savoir. Doutes sur les tarifs appliqués… Bref, être freelance, c’est comme dans d’autres jobs, parfois être confronté(e)s à des doutes. Plus ou moins fréquemment et plus ou moins longtemps.

Alors ces doutes, quels sont-ils ? Pourquoi interviennent-ils parfois ? Peut-on les éviter ? Peut-on s’en servir ?

Les doutes des freelances, c’est quoi ?

Pour partager régulièrement avec des freelances web ou des indépendant(e)s travaillant dans d’autres secteurs d’activité, les doutes rencontrés quand on exerce à son compte ne sont pas rares. Au contraire. Et il apparaît que certains doutes sont communs à beaucoup d’entre nous. Avec notamment :

Les craintes et doutes relatives à la stabilité et/ou à la sécurité financière

En gros, le chiffre d’affaires va-t-il se maintenir ? Sera-t-il suffisant pour se payer et vivre de son activité professionnelle en indépendant(e) ? Il n’est hélas pas rare que tout se passe bien pour certains contrats comme certaines missions. Le contact client est ok. Les échanges et le job sont ok. Tout se passe bien. Vous envoyez la facture. Mais là, le paiement ne vient pas. Une semaine d’abord. Puis 10 jours. Un mois après, vous réfléchissez à un contact amiable. Pas de son pas d’image. Bref, vous pensez au contentieux…

Le doute quant à la sécurité et stabilité financière en freelance est indubitablement un des plus fréquents et communs à de nombreux jobs. Il n’est pas forcément lié à sa capacité à trouver de la clientèle ni à travailler assez. Il peut être par exemple relatifs à plusieurs retards et/ou défauts de paiements de certain(e)s client(e)s. Consécutifs à des mois moins bons en termes de chiffre d’affaire. Bref. Pas forcément au fait qu’on ne se bouge pas pour travailler ou qu’on ne trouve pas de contrats. Même si là aussi, il peut y avoir des doutes et des craintes. Donc sans transition :

Avoir/trouver des client(e)s et des contrat(s)

Quels que soient les jobs exercés en indépendant(e)s, trouver des contrats et donc des clients fait partie des nerfs de la guerre. Sauf qu’il y a parfois de la saisonnalité selon les secteurs d’activité. Parfois, il y a plus d’offre que de demandes. Parfois, l’inflation s’installe et le grand public fait attention à son porte-monnaie. Bref, diverses raisons très courantes et très connues peuvent clairement créer des doutes sur notre capacité à trouver des client(e)s. Et donc travailler et donc gagner de l’argent. Pour au mieux se payer.

Avoir des doutes sur sa santé

Voici un doute qui lorsqu’il survient peut devenir un vrai frein. Il vous arrive un pépin de santé. Pas grave au demeurant, mais il peut vous maintenir loin de votre job pendant quelques jours. Cela ne vous arrivait jamais ou rarement. Ou pas au point de vous empêcher de bosser. Et là, cela peut vous mettr la puce à l’oreille. Comment cela se passerait-il s’il vous arrivait un autre pépin et/ou si votre santé n’était plus celle qu’elle est ?

Doutes sur son expertise et/ou ses compétences/connaissances

On peut être bon dans ce qu’on fait et pourtant être confronté(e)s à des doutes sur sa capacité à aborder certains travaux. On peut douter parce qu’on voit le job de personnes qui font le même travail et trouver que c’est beaucoup plus abouti, rapide et/ou peu importe ce qui est mieux. Mais on peut parfois dévaloriser son propre travail. Ses propres compétences ou encore sa propre expertise. En freelance comme dans un contrat en CDD ou CDI. Rien d’exceptionnel et d’étonnant. Qu’il s’agisse du syndrome de l’imposteur ou de doutes plus prégnants, oui ces doutes font partie de la vie de certain(e)s freelances.

Doutes sur le fait d’être fait(e)s pour travailler en indépendant(e)

Vous pouvez exercer un même métier avec un contrat en CDI chez un employeur ou en freelance. Le travail pourra être sensiblement le même. Mais souvent, c’est le cadre qui change. Bosser en freelance c’est parfois vivre voire subir le fait de bosser seul(e). Chez soi ou dans un local dédié. C’est devoir aussi assumer en solo diverses démarches. Administratives ou plus pragmatiques comme la prospection. Loin de plaire à beaucoup d’entre nous. Voici notamment ce qui peut faire douter certain(e)s personnes sur le fait qu’elle soient « faites » ou non pour bosser en solo.

Bosser en solo peut convenir à certaines personnes sur la durée. Tandis que pour d’autres, cela ne conviendra qu’un temps (quelques mois ou quelques années). D’autres personnes préféreront finalement le cadre d’un contrat en entreprise avec le délestage des contraintes comme la prospection et toute autre démarche, à un freelancing.

Webmaster freelance asnieres sur seine

Pourquoi les doutes interviennent-ils chez des freelances ?

Je vois parfois des profils professionnels où il est indiqué en clair : Freelance. Ce qui veut finalement tout et rien dire. Freelance de quoi ? Être freelance n’est pas un métier. C’est une façon de travailler qui se caractérise principalement par le fait d’entreprendre seul(e), en indépendant(e). Avec un régime comme la micro-entreprise ou un autre statut pour son entreprise. Mais être à son compte, ce n’est pas un job. C’est une autre façon de bosser. Qui peut être valable pour de nombreux métiers qui sont possibles tant en entreprise avec un contrat (CDI, CDD, alternance, stages…) ou en indépendant(e)s. Des exemples ? Vous pouvez être Community Manager à votre compte ou pour une société ou une association. Vous pouvez être compatble, photographe, graphiste ou même webmaster, à votre compte comme pour un employeur, avec un contrat. Vous pouvez être prothésiste ongulaire, consultant(e) SEO ou bien faire de la direction artistique, que ce soit à votre compte ou en contrat durable pour un employeur.

Aussi, oui. Comme pour des salarié(e)s, des freelances peuvent avoir des doutes. Doutes sur leur orientation professionnelle. Doutes sur des décisions prises. Doutes sur ses compétences. Doutes sur ses qualités et/ou défauts dans le cadre pro. Doutes sur ses revenus. Doutes sur la santé.

Le sacro-saint CDI lève par nature certains doutes. Comme celui de la sécurité financière. Encore que, la conjoncture économique montre parfois que le CDI a aussi ses défauts. Il est naturel et normal qu’une personne qui travaille en freelance puisse avoir des doutes. Comme d’autres en ont aussi parfois, dans le cadre du salariat.

Ces doutes interviennent donc chez des freelances parce que c’est ainsi que la vie pro est parfois faite. Elle n’est pas linéaire. Des aléas se présentent, comme dans toute vie pro. Et ils surviennent parce que des contextes se prêtent à leur présence.

Prenons le cas de beaucoup d’indépendant(e)s et freelances web qui ont vu venir l’intelligence artificielle il y a un an déjà. Avec notamment la sortie de Chat GPT. Beaucoup de rédacteurs web mais aussi des CM ont pu frémir et frémissent encore. Avoir des doutes sur l’avenir de son job face à une telle déferlante, c’est tout bonnement assez prévisible. Ne pas se poser de questions serait presque surprenant !

trouver missions contrats freelance

Les types de doutes

Il y a plusieurs types de doutes. Et certains se caractérisent par leur durée et/ou leur fréquence. On peut ainsi citer ce qu’on appelle des doutes passagers, en opposition directe avec les doutes qui durent longtemps. Plusieurs semaines, plusieurs mois ou plus encore. Il y a aussi des doutes qui sont assez simples à lever. Quand d’autres seront bien plus accrochés. Plus difficile à surmonter.

Est-il possible d’agir face aux doutes en freelance ?

Et c’est en fonction du type de doute auquel on peut être confronté(e), qu’il convient d’agir et de composer. Certains doutes peuvent complètement handicaper une personne dans le cadre de son job. Quand d’autres seront moins gênants.

Le fait est que certains doutes ou craintes peuvent nous malmener. Et nous faire réagir de manière différente. Certains freelances redoubleront d’efforts en prospection de crainte de ne pas avoir un chiffre d’affaire suffisant pour les mois à venir. Quand d’autres auront l’impression qu’une période creuse en activité et en Chiffre d’Affaire sera peut-être négativement décisive pour la suite.

Douter de soi et de ses compétences peut pousser certaines personnes à vouloir se former plus encore, à s’améliorer. Quand d’autres auront peut-être le sentiment de ne pas ou plus être à la hauteur.

Nous ne sommes pas pas forcément égaux/égales face aux doutes dans le freelancing. Nous n’avons pas la même expérience professionnelle, pas les mêmes activités, pas les mêmes exigences, pas les mêmes client(e)s. Pas les mêmes tempéraments. Pas les mêmes façons de bosser… Pas la même santé. Nous sommes tous différent(e)s sur de nombreux points de vue dans notre vie pro d’indépendant(e)s. Nous n’appréhendons donc pas de la même façon certains doutes comme certaines craintes.

Le fait est que douter peut être un moteur pour certain(e)s et à certain(e)s périodes. Quand pour d’autres, cela pourra être un frein ou pousser jusqu’au blocage.

Apprendre à identifier certains doutes et à s’en servir

Avec les années, j’ai appris à essayer d’identifier certains doutes que j’ai. En les identifiant, je peux alors mieux tenter de mesurer leur aspect rationnel ou non. En effet, pour mon cas personnel, c’est en tentant de tout poser d’un point de vue le plus rationnel possible, que je tente d’appréhender certaines craintes et certains doutes.

La crainte de ne pas m’en sortir financièrement évoquant directement la précarité dans l’entrepreneuriat, il m’arrive de l’avoir. Régulièrement. Assez pour que cette crainte me pousse à agir. Mon tempérament me fait en tenir compte systématiquement et à passer à l’action. Quand je passe à l’action, je n’en suis pas moins stressée. Mais en agissant, j’ai l’impression de ne pas subir ce doute et de tenter de faire en sorte de le surmonter.

Concrètement, quand j’agis face à cet exemple de doute courant, parfois cela fonctionne, parfois moins. J’essaie alors quand cela fonctionne moins ou pas, de prendre les choses dans l’ordre, d’agir rationnellement. Calmement. De me mettre des objectifs atteignables qui m’aideront à surmonter ces doutes.

Mais cela est tout à fait personnel. Nous avons chacun nos façons d’appréhender nos propres doutes. Toutefois, c’est en identifiant des doutes qu’on peut mieux tenter de les décortiquer et pourquoi pas. Parfois, en faire des moteurs.

Peut-on éviter les doutes en tant que freelance ?

Difficile de s’épargner le moindre doute quand on travaille en freelance. Que ce soit douter d’un client comme de douter de ses futurs revenus. Douter est quelque chose de fréquent, même si c’est passager et peu impactant. Beaucoup préféreraient se passer des doutes et autres craintes qui peuvent rendre certaines journées de travail plus difficiles. Qui peuvent rendre certaines nuits plus blanches qu’autre chose. Alors non, éviter les doutes ne peut être garanti.

Dans n’importe quel job et quel que soit la façon de bosser, les doutes peuvent être de la partie. C’est ainsi. On peut en revanche tenter de moins les laisser nous envahir.

 

Griselidis
Griselidis

Heureuse maman d'un petit garçon né en 2018, je tiens aujourd'hui quatre blogs. Après 17 années passées dans une grande entreprise de téléphonie, je travaille désormais en tant que webmaster freelance à mon compte depuis 2015.

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous et abonnez-vous à la newsletter

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour cet article qui traite d’un aspect du freelancing très peu évoqué.
    Avoir des doutes dans ce genre de travail que ce soit sur internet ou en physique est assez fréquent c’est pour cela que beaucoup de gens préfèrent la sécurité d’un CDI même mal payé.
    Je pense que pour se débarrasser ce ces doutes il faut pouvoir se projeter et avoir des objectifs pour le court et long terme, par exemple travailler en tant que freelance une durée avant de créer son entreprise ou comme un levier pour pouvoir investir dans des actifs plus sécurisants.
    A très bientôt.

    • Hello ! Justement j’ai pensé qu’il serait assez judicieux d’évoquer ce sujet parfois un peu tabou. Sur les doutes qui nous traversent mais qui peuvent aussi heureusement être assez souvent surmontés.