Accueil Monétisation Mettre du beurre dans les épinards sans mettre tous ses oeufs dans le même panier

Mettre du beurre dans les épinards sans mettre tous ses oeufs dans le même panier

par Griselidis
70 Vues
partnership partenariat influence blogging

En lisant ce titre, les habitué(e)s du blog se demanderont sûrement de quoi il retourne. A priori, ce titre n’a rien à voir avec le Blogging, les réseaux sociaux ou encore la monétisation de ceux-ci. Et pourtant, c’est bien de ça dont il s’agit. 
Vouloir mettre du beurre dans les épinards via son blog, c’est ce qui peut traverser l’esprit de pas mal de personnes qui justement, ont des frais de fonctionnement pour leur blog ou site web. Tandis qu’en parallèle, d’autres tentent déjà de générer des revenus avec leurs blogs et constatent sûrement qu’il convient pour bien faire, de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. 

Et si j’utilise ces expressions, c’est parce qu’elles illustrent parfaitement, le propos du jour.

Mettre du beurre dans les épinards 

Beaucoup le savent déjà. Monétiser son blog ou site web, au début et même parfois sur le moyen terme, ça revient surtout à mettre un peu de beurre dans les épinards. On ne roulera pas sur l’or. On gagnera tout au plus quelques dizaines d’euros. Dans le meilleur des cas, on rembourse les frais relatifs au blog. Comme l’année d’hébergement et le nom de domaine. Et si c’est le cas, en soi, c’est déjà pas mal. 

Alors oui, il y a toujours des exceptions. Il y a aujourd’hui, des personnes plus ou moins connues du grand public, qui vivent de leur blog ou quasiment. Cependant, la grande majorité des blogueuses/blogueurs, ne vivent pas de leur blog. Ils en tirent au mieux, un revenu complémentaire. De quoi arrondir les fins de mois comme on aime à le dire en France. Et c’est là justement, que l’expression mettre du beurre dans les épinards, colle parfaitement à l’idée et surtout, à une réalité. 

Mettre du beurre dans les épinards, ce n’est donc pas sortir plus de 2000 euros nets par mois avec un blog ou site web. C’est générer une ou plusieurs dizaines d’euros, de manière aléatoire, plusieurs fois dans l’année. 

Les solutions de monétisations : revenus aléatoires

Que ce soit via l’affiliation, qui justement peut être rémunératrice, mais soumise au potentiels clics des internautes puis aux potentiels achats des internautes. La garantie de revenus n’est pas donc pas là. On peut aussi citer les revenus d’affichages publicitaires, qu’on utilise le très célèbre programme Google AdSence ou une autre régie. Là encore, pour générer un minimum, il faudra avoir un trafic suffisant. Puis atteindre le fameux seuil de 70 euros. Seulement et seulement alors, on pourra prétendre à débloquer la somme. On pourra aussi opter pour la rédaction d’articles sponsorisés, qu’ils soient à vocation SEO et/ou à vocation promotionnelle d’un produit. N’oublions pas aussi, la dotation de produit. Cependant celle-ci n’est pas toujours rémunérée. Or, un produit, quel qu’il soit, ne permet pas de payer son loyer, un emprunt immobilier ou un panier repas acheté à l’épicerie du quartier. 

Alors oui, un blog peut permettre de mettre du beurre dans les épinards. Mais pour ça, il faudra d’abord faire le tour de toutes les solutions de monétisation qui existent. Puis voir si elles sont à sa portée. Il conviendra aussi d’arbitrer si parmi ces solutions, certaines conviennent à son blog. Un affichage publicitaire est-il vraiment adapté sur un joli blog orienté sur l’art culinaire alors qu’on n’en maîtrisera pas les annonces affichées ? Souhaite-t-on promouvoir des produits alors que la thématique de son blog orientée sur la politique française ou européenne, se prête à bien peu de produits ? 

Ne pas mettre ses œufs dans le même panier

Tout propriétaire de blog souhaitant monétiser son espace web, finit tôt ou tard, par se rendre compte, sauf s’il l’a appris avant de se lancer, cas assez rare au demeurant, que le mieux est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. 

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ? 

En somme, à moins d’avoir déjà un modèle dessiné avant même le lancement d’un blog, comme par exemple une monétisation déjà prête et calibrée autour de la vente d’un produit physique ou digital, alors s’il est une chose à savoir, c’est qu’il est souvent préférable d’opter pour plusieurs solutions de monétisation. Notamment si on souhaite générer des revenus qui servent au minimum à rembourser les frais de son blog (comme les éternels frais relatifs aux paiements du nom de domaine, ainsi que de l’hébergeur…). 

Cumuler des solutions pour multiplier les potentiels revenus

En optant pour plusieurs solutions de monétisations différentes pour un même espace web, on n’a pas la garantie de générer des revenus et donc de gagner de l’argent. Ni même un seul centime d’euro. Mais on augmente potentiellement les chances d’en générer. 

Quand un gros trafic n’est pas encore forcément au rendez-vous, beaucoup optent dans un premier temps pour l’inscription de leur blog sur des plateformes pour rédiger ensuite des articles sponsorisés qui seront rémunérés. Via ces plateformes, c’est souvent le Référencement qui prime et pas forcément le trafic. Aussi, le potentiel de génération de revenus est déjà beaucoup plus intéressant. 

Quand le trafic est moyen, opter pour l’affichage publicitaire avec une régie telle que AdSense peut alors devenir un autre moyen de gagner quelques euros. Il faudra cependant s’accrocher et être très patient, car les revenus devront être suffisants au fil du temps pour enfin demander le déblocage des fonds en atteignant le seuil requis. 

Chaque solution de monétisation exigera quoi qu’il arrive, des données minimales afin qu’on puisse prétendre à utiliser ces solutions « externes ». 

Toutes les solutions de monétisation externes créent une dépendance

Monétiser son blog ou site web via des solutions externes, devra exiger de ne jamais oublier que cela créera une dépendance : 

Une solution de monétisation peut s’arrêter à tout moment

Opter pour une ou plusieurs solutions de monétisation externes présente son lot de risque car à tout moment, une de ces solutions peut s’arrêter.

Un très bon exemple devenu un cas d’école, est celui de l’affiliation Apple vers les applications de l’App Store. Pendant des années, des sites web qui vivaient quasiment exclusivement grâce aux revenus générés via les liens affiliés envoyant les internautes vers des applications de l’app Store. Sauf qu’en 2018, Apple a décidé de stopper ce programme. Il était encore possible de faire de l’affiliation vers de la musique sur iTunes etc… Mais plus vers des applications. Alors quand votre site ne porte que sur des Apps présentes sur l’app store, ce sont tous les revenus qui s’arrêtent avec le programme.

Imaginez quand une ou plusieurs personnes vivent des revenus d’un site rémunéré via une seule solution de monétisation et que cette solution s’arrête… 

D’où l’intérêt de ne pas s’arrêter que sur une seule solution de monétiser. En clair et en bref, il convient de tabler sur plusieurs sources de revenus au lieu d’une seule. 

Et évitez la dépendance

Si vous générez des revenus avec des mastodontes de l’univers du web, alors peu de chances que ça s’arrête du jour au lendemain. On peut imaginer là l’éternel AdSense par exemple. Encore que, avec des lois qui changent et pourraient changer à l’avenir, au niveau national et international (visons chez nous au niveau local puis Européen déjà), rien n’est jamais acquis à 100% sur le moment, ni sur la durée. 

Aussi, même si vous sources de revenus ne ferment pas parce que les régies sont solides, n’hésitez pas à tabler sur d’autres solutions parce que même si ces régies ont les reins solides, des revenus peuvent baisser à tout moment. 

Comment ne pas dépendre de sources de revenus externes ?

Il n’y a pas 36 solutions. C’est pour cela que diverses personnes optent pour une solution interne. Comme vendre ses propres produits, physiques ou digitaux. Ou ses services. 

Produit digital

Quelques années en arrière, le produit phare était la formation. Aujourd’hui, on appellera plutôt ça un Atelier, mais c’est le même modèle. On vendra via un support digital, un produit numérique basé sur sa propre expertise. 

Produit Physique

Si vous créez de jolies choses avec vos petites mains, vous pouvez alors tout à fait les vendre via votre blog ou site web. Cependant, n’oublions pas que toute vente générée est encadrée par la loi. Tout revenu généré sera lui aussi encadré et devra être déclaré. Tout cela devant donc se faire avec un statut ou régime professionnel qui autorisent ces ventes, quel que soit le statut pro ou régime de votre choix. 

Services

Si vous vendez déjà du service, il est probable que vous avez déjà le statut qui le permet (Régime de micro-entreprise ou autre). Aussi, là encore, une monétisation orientée sur la vente de service ou prestation de service, devra se faire dans un cadre légal avec le statut ou régime pro qui lui convient le mieux. 

Droits et Obligations 

Génération de revenus et obligations

N’oublions surtout pas que toute solution permettant de générer des revenus sur le web, que ce soit via un blog ou les réseaux sociaux, exigera le plus souvent de pouvoir facturer ces entreprises qui vous rémunèrent pour des servies liés à votre espace web ou votre compte de réseau social. Peu importe ce que vous vendez (liens/backlinks, articles avec ou sans liens web/backlinks, affichages publicitaires, ventes de produits physiques ou digitaux…). 

Cela ne relève pas du détail. Il convient donc de s’informer sur les régimes et/ou statuts les plus appropriés selon vos situations professionnelles et/personnelles. Pourquoi je précise cela ? Tout simplement parce que certains contrats de travail incluent des clauses, comme la clause d’exclusivité. Clause qui peut exclure toute heure de travail supplémentaire à l’actuel contrat. Dans d’autres cas, c’est le statut de l’emploi qui exclura toute possibilité de générer d’autres revenus (voir le statut de fonctionnaire). 

Nul n’est censé ignore la loi

Il est évident que pour quiconque voudra commencer une activité sur le web, comme gagner un peu d’argent avec son blog, ne pourra pas connaître toutes les lois relatives à cette future activité, du jour au lendemain. Cela ne doit cependant pas exclure des recherches. 

Quid des Plateformes et régies 

Aujourd’hui, la plupart des plateformes qui tournent, notamment avec pour public des blogueuses/blogueurs et autre influenceuses/influenceurs, font le job d’ouvrir leurs offres aux personnes qui disposent d’un statut légal comme le régime de la micro-entreprise, auparavant appelé « Auto-entreprise ». 

Aussi, si vous ne disposez pas de la possibilité de facturer la plupart ces plateformes, vous ne pourrez pas alors tout simplement pas mener une inscription jusqu’au bout. Parmi les infos couramment demandées, il y aura par exemple l’exigence d’un numéro de SIRET ou encore si vous êtes oui ou non soumis à la TVA. 

Dans certains cas, la contrepartie à des articles sponsorisés ou placements de produits, sera de pouvoir conserver le fameux produit sans rémunération. Auquel cas il faudra se contenter de ce produit si c’est un modèle qui vous convient. Ce type d’échange entre Marques et influenceurs est cependant assez controversé et décrié. Puisque beaucoup considèrent qu’un produit contre un service – donc un travail – ne représente pas une vraie rémunération.


Vous l’aurez compris, monétiser son espace web, qu’il s’agisse d’un blog ou d’un site internet, relève d’une vraie stratégie. D’abord pour respecter la ligne éditoriale de celui-ci, ne pas en dégrader l’image avec des modèles de monétisation qui ne correspondrait pas, mais aussi afin de générer des revenus suffisants pour que chaque solution mise en place, soit rentable ET pérenne. 

Ensuite, il conviendra de miser sur une potentielle multiplication des solutions de monétisation, afin d’éviter la trop grande dépendance à un seul moyen de se rémunérer. Et éviter la casse en cas de pépin. L’exemple des boutiques qui dépendaient à 90% d’Instagram quand le réseau social est resté inaccessible il y a quelques semaines, qui perdaient une grande partie de leurs prospects dans la foulée et donc de leurs ventes, est un cas flagrant du problème de cette dépendance. 

Enfin, quoi qu’il arrive, pour monétiser, il ne faudra jamais exclure d’opter pour un cadre professionnel qui permettra de se rémunérer, tout en respectant la loi. 

5/5 - (1 vote)

You may also like

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :