Accueil Optimisation Travailler le fond d’un article pour l’optimiser pour le SEO et l’internaute

Travailler le fond d’un article pour l’optimiser pour le SEO et l’internaute

par Griselidis
523 Vues
travailler le fond de ses articles pour le seo

Plus le temps passe et plus la plupart des personnes qui publient du contenu sur un blog ou sites internet, apprennent à un moment ou à un autre, qu’un article se travaille sur le fond comme la forme. Qu’il convient de penser à l’internaute, c’est à dire le visiteur occasionnel, comme aux habituées. Tout comme il s’agit de rédiger en pensant à l’optimisation pour le SEO.

Il y a même parfois de quoi s’interroger sur la place restante pour le naturel et la spontanéité lorsqu’on écrit un article.

Pourtant, puisqu’un article peut prendre du temps pour être rédigé. Pour qu’il puisse rencontrer l’audience qu’il mérite, justement parce qu’il est intéressant et qu’il aura nécessité du temps et du travail, il demeure intéressant de lui accorder du temps sur le fond.

Ce fond, c’est quoi ? C’est ce qui le compose. Sa précision, son exhaustivité. Sa fraîcheur (est-il toujours d’actualité ?). Ses potentiels liens vers d’autres contenus.

Ne pas hésiter à écrire tout ce que vous savez et connaissez

Si en rédigeant un article vous vous rendez compte que ça va être long, peu importe ! Tant que ce que vous rédigez tient la route, écrivez. Donnez du contenu, de l’information. Que vous partagiez une expérience dans un lieu de culture ou encore que vous expliquiez comment vous avez réussi à contourner un problème informatique, dîtes tout.

Toujours sur le Google Search Central, il est indiqué en clair qu’il convient d’être exhaustif et de mentionner tout ce qu’on a à offrir. Alors autant le faire :) J’aime d’ailleurs la note d’humour dans ce conseil qui est : « Bien que les robots Google soient intelligents, ils ne sont pas devins. »

Tout est dit ! Le contenu est roi, on le savait déjà et on peut encore souvent le lire. Même si on sait que désormais, des robots grâce à de l’intelligence artificielle, peuvent créer du contenu textuel !

Pour ma part, je ne me retiens jamais de faire des articles longs. Pas pour répondre aux exigences ou envies de Google et autres moteurs de recherches. Mais simplement parce que c’est ma façon de rédiger. Et quand je trouve finalement qu’un paragraphe ou des phrases sont inutiles après relecture, je les supprime et basta !

Mettre à jour son contenu

Voilà la partie la plus ingrate à gérer quand on tient un site internet ou blog, surtout quand il y a déjà beaucoup de contenu (des centaines d’article). C’est quelque peu ingrat parce que c’est chronophage.

D’abord, il faut réussir à se souvenir de tout ce qu’on a créé et publié. Ensuite, il faut retrouver cet article/contenu. Puis enfin le modifier de manière fiable et idéalement dater sa mise à jour.

Quand on a publié des articles portant sur des éléments très précis, que ce soit sur une application, un logiciel, un lieu ou encore un établissement recevant du public (exemples parmi des milliers d’autres d’ailleurs), il est quasi certain qu’à un moment, il faudra mettre à jour ce contenu. Parce que les applications et logicielles subissent (heureusement) des mises à jour. Parce que des lieux ferment ou changent de nom, ou d’horaires. Ou de propriétaires… Bref, les raisons qui exigent ou justifient une mise à jour d’un article sont  infinies. Mais ces mises à jour sont souhaitables, parce qu’elles fiabilisent le contenu.

Dans le Google Search Central, on peut d’ailleurs lire ce conseil toujours rédigé avec humour d’ailleurs : « si vous n’avez pas mis à jour votre site depuis l’année 1925, il est temps de supprimer toute mention de Gaston Doumergue dans votre blog d’actualités. »

articles pour le seo et les internautes

Préférer le texte plutôt que les images et médias avec texte

Rien ne vous empêche de mettre des images et des vidéos dans vos articles et pages. Cela rendra vivant votre contenu, évidemment. Mais comme c’est indiqué toujours dans le Google Search Central, si vous mettez du contenu média (images, photos et vidéos), ajoutez quoi qu’il arrive en texte ce que contiennent ces médias. Si par exemple vous ajoutez une image pour Pinterest avec du texte dans votre article, n’oubliez pas de bien indiquer dans le contenu textuel de l’article, ce que contient l’image.

De la même manière, évitez le plus possible de mettre des images avec texte pour remplacer un titre ou même sous-titre dans le contenu. La reconnaissance de ces images par les robots et algorithmes reste encore trop imparfaite pour que cela permette facilement à ces mêmes robots, de comprendre et bien interpréter le contenu des images avec texte.

On est donc bien sur un travail de fond qui concerne aussi la forme.

Les mots clés, le vocabulaire et le champ lexical

Ce sont parfois deux termes qui permettent à un article d’être bien référencé dans les moteurs de recherches. C’est bête comme bonjour, pourtant c’est la réalité. Deux termes dans un titre et hop, vous pouvez voir votre article être bien classé. Je vois souvent le cas en rédigeant sur des articles de plantes pour lesquels il n’y a pas forcément beaucoup de contenu en français. Il suffit d’utiliser le nom souvent composé de deux mots dans le titre de l’article pour que assez rapidement, des internautes arrivent sur ce blog grâce au nom de la plante (ou fleur).

Alors les mots notamment dans les titres, sont-ils une clé pour un bon référencement ? La réponse est sans appel : OUI !

Alors mettre des mots importants dans son titre et ses sous-titres, même si on ne les appelle pas mots-clés, oui, ça a une influence.

Il en va de même dans le corps d’un article. Peu importe la thématique. Mais il va de soi que quand on est sur un univers très niché, le vocabulaire compte autant que le champ lexical. Si on rédige sur son job, on utilisera tous les mots relatifs à un outil. Pour les plantes, on ne parlera pas que de terre, mais de substrat et de tout ces termes qui composent l’univers des plantes. Cela permet de mieux contextualiser le sujet. De rendre le contenu plus facile à comprendre et à interpréter pour les robots de Google.

Et si on ne pense pas au SEO, on pense aux lecteurs qui seront encore plus immergés dans l’article. L’idée n’est pas de noyer le lecteur avec des termes techniques, mais de le faire rentrer dans l’univers dans lequel vous le convier sur votre espace web. Un contenu peut être très contextualisé avec un vocabulaire très spécifique, tout en restant très accessible. Puisqu’on pourra en profiter dans le doute, pour vulgariser des termes qui pourraient être considérés comme complexes.

Mettre des liens

On met souvent assez naturellement des liens dans ses articles. Pour appuyer un propos. Pour faire référence à une documentation officielle ou très fiable. Pour donner des exemples de ce sur quoi on écrit. Que ce soit un lien interne vers son propre contenu (article ou page) ou que ce soit un lien vers un autre site.

Il se trouve que sur le fond, d’un point de vue strictement SEO, il est très largement conseillé de mettre un lien interne (vers une page ou article de son site/blog donc) ainsi qu’un lien externe (lorsque ça s’y prête bien entendu) dans un article. D’un point de vue rédactionnel orienté sur une création de contenu naturelle et spontanée, dès que le besoin se présente, un lien externe pourra donc être ajouté, notamment s’il s’intègre parfaitement au contenu proposé.

Prenons l’exemple d’un article portant sur une personnalisation faite maison d’un objet décoratif. Si on s’inspire d’un article DIY qu’on a lu, on pourra très naturellement lié son article à celui dont on s’est inspiré pour faire sa propre personnalisation de cet objet de déco.


Quand je titre que pour pour rendre un article encore plus qualitatif, il faut le « travailler », c’est parce qu’il y a tellement de paramètres à prendre en compte, qu’il s’agit presque d’un travail (même si on aime faire ça). Cela peut prendre du temps quand on démarre et ça en prendra toujours un peu même quand on a l’habitude de le faire. Mais ça permet de proposer un contenu plus qualitatif encore, pour ses lecteurs habitués, pour les visiteurs occasionnels d’une seule visite ou plusieurs, comme ce sera bon (ou meilleur) pour le référencement.

Alors puisque beaucoup de ces améliorations à apporter (si pas déjà présentes) permettent de proposer un contenu plus chouette et agréable, plus précis et appréciable, que ce soit pour ses lecteurs ou les moteurs de recherches, autant les effectuer quand on le peut (dans la mesure du possible) !

Évaluez cet article

You may also like

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :