Accueil SEO L’internaute doit rester au centre des préoccupations SEO

L’internaute doit rester au centre des préoccupations SEO

par Griselidis
59 Vues
internaute utilisant un moteur de recherche

Un des constats faits régulièrement dans la recherche d’une optimisation du référencement naturel d’une site web est que beaucoup finissent par faire un focus sur les recommandations qu’il convient d’appliquer. Au point parfois d’en oublier l’internaute et de ne penser quasiment qu’aux effets potentiels qu’auront des actions SEO sur les résultats de recherches. Comme si l’internaute n’avait finalement pas sa place dans cette démarche ayant pour but de bien ou mieux positionner des contenus dans les SERP (pages de résultats de recherches).

Pourtant, force est de constater que ce qui aura un rôle fort dans la pertinence de certains contenus et donc de leur potentielle très bonne place dans les SERP, c’est ce qui va intéresser l’internaute. Et de ce qui va lui rendre la navigation la plus fluide et rapide possible.

L’internaute est donc parfois le grand oublié de l’optimisation du référencement naturel. Alors qu’il en est l’acteur principal. Celui qui recherche, celui qui obtient une liste de suggestion en résultat à sa recherche. Celui qui navigue, parcourt des sites. Et décide de s’il aura trouvé ce qu’il recherchait. Que ce soit une réponse à sa question ou par exemple, le produit qu’il envisageait d’acheter.

Aussi, comment reprendre le SEO dans le sens de l’internaute ? Comment reposer les bases de cette pratique si vague et aux résultats pourtant si concrets sur le terrain ? Comment remettre l’internaute au centre des préoccupations SEO ?

Le référencement naturel et son optimisation à la base

Le SEO se caractérise par les diverses actions qui peuvent être prises et effectuées en vue de mieux positionner des requêtes et donc contenus dans les résultats de recherches. Ces actions sont nombreuses et peuvent par exemple passer par :

  • Du netlinking.
  • De la création de contenu autour de mots clés.
  • Du benchmarking.
  • De l’optimisation des performances d’un site web pour le rendre plus rapide à l’affichage.

L’idée est donc via toutes sortes d’actions, de rendre le site web ou blog plus visible dans les moteurs de recherches. Afin et d’abord pour qu’il soit affiché de la manière la plus pertinente aux internautes intéressés par le contenu du site web.

Continuons avec les bases du SEO. Qui il sert et pourquoi.

Les Recommandations Google tiennent compte de l’internaute

Beaucoup de personnes travaillant en partie ou totalement dans l’optimisation pour les moteurs de recherche donc sur le SEO, ont une vision globale de la discipline. Quand d’autres auront tendance à faire des focus sur certaines actions entrant dans le cadre d’une optimisation du référencement naturel. Et sur des métriques diverses qui oui comptent évidemment. Mais qui laissent de côté l’internaute.

Pourtant, dans les recommandations de Google en matière de SEO, l’internaute est la plupart du temps au centre même du référencement naturel.

Prenons l’exemple du contenu proposé dans le Google Search Central en français et plus précisément dans le guide du débutant, avec cette phrase très claire : « Le référencement naturel (SEO) consiste souvent à apporter de petites modifications à certaines parties de votre site. Lorsqu’on les considère individuellement, ces modifications peuvent sembler minimes, mais combinées à d’autres optimisations, elles peuvent avoir un impact notable sur l’expérience utilisateur et les performances de votre site dans les résultats de recherche naturels.  »

Voilà donc qui est posé.

Concernant les bonnes pratiqués clés toujours rappelées par Google :

bonnes pratiques clés seo

Que Google itself l’indique ou non, créer du contenu pour l’humain, c’est la base. Car s’agissant de partager un contenu intéressant sur les réseaux sociaux ou encore de sortir la carte bleue pour acheter un produit trouvé sur un site web suggéré parmi les résultats suggérés via Google, c’est l’humain, l’internaute qui agira. Pas un robot. Pas un algorithme.

Or, les objectifs SEO qui devraient toujours garder l’internaute en ligne de mire, tablent parfois plus sur la position qu’aura un site web sur les moteurs de recherches pour diverses requêtes, que sur l’expérience qu’aura le visiteur lorsqu’il navigue sur le site web.

Les objectifs dans la pratique du SEO Versus l’internaute

Toujours est-il que certaines recommandations SEO, qu’elles émanent en direct de Google ou non, sont quelques fois hélas prises au pied de la lettre. Comme s’il s’agissait d’injonctions. Au point que dans la mise en place des actions comme dans l’analyse de leur potentiel effets, l’internaute est le grand oublié.

Comme si la recherche de la position zéro dans les SERP pour diverses requêtes, visaient à simplement drainer un fort trafic et des conversions une fois que les visiteurs seront sur le site web. Mais en oubliant que l’internaute ne visite pas toujours un site pour acheter. En oubliant qu’un internaute ne se contente pas la plupart du temps d’un seul terme dans une recherche. En omettant qu’attirer un internaute est une chose, mais le retenir ou mieux encore, le faire revenir en est une autre.

Comme si le fait d’obtenir une note de 100/100 suite à l’analyse d’un site web sur GTmetrix ou PageSpeed Insights étaient l’objectif ultime. Pour que Google sache que le site s’affiche vite et dispose de performances au top. Alors que l’optimisation des performances techniques d’un site web ne vise pas par nature et de prime abord à faire que ce site web soit bien positionné dans les SERP. Mais vise d’abord et surtout à rendre la navigation la plus optimale possible pour l’internaute. Le visiteur.

D’ailleurs, toujours sur le Search Central, dans la rubrique en français, Principes de base du SEO, on peut lire :

principes de bases seo ux

Bref, appliquer des recommandations, qui ne sont donc pas des injonctions, comme si elles étaient des objectifs et non des moyens, était la raison d’être du SEO. Tout ça en oubliant l’internaute. Ou en mettant en place des actions faites pour draguer/séduire + Google que le visiteur.

Il se trouve que par ailleurs, replacer quelques fois l’internaute au centre des préoccupations SEO, a de nombreuses chances d’en faciliter l’apprentissage, l’appréhension comme la compréhension.

Se focaliser sur le SEO en négligeant le reste

Nul besoin de préciser combien l’enjeu SEO est désormais pris au sérieux par la plupart des propriétaires de sites web. Sans qu’ils soient dirigeant d’un site de e-commerce dépendant uniquement du web. Et sans qu’ils soient webmaster.

Mais la préoccupation SEO sans se préoccuper de l’internaute peut finir par nuire à la gestion et vie du site web lui-même, alors que l’objectif est de l’améliorer pour qu’il soit le plus agréable et convaincant possible pour l’internaute.

Il n’est pas rare qu’à trop se focaliser sur le SEO, le reste soit négligé. Comme :

  • La publication de contenu frais régulièrement qui prend du retard à cause de précos rédactionnelles SEO trop lourdes.
  • Le design qui prend cher et devient si dépouillé qu’il est impersonnel. Du fait de trop d’optimisations techniques.
  • Un budget alloué intégralement au SEO alors qu’il pourrait être en partie alloué à du SEA et de la comm physique. Ou encore de la comm Social Media.

N’oublions pas que le SEO est une discipline qui doit aider le site web à être bien positionné dans les moteurs de recherches et lui faire gagner en visibilité. Tout en faisant le maximum pour proposer à l’internaute la meilleure expérience possible. Au minimum une bonne expérience.

Mais.

Le SEO ne doit idéalement pas être la seule stratégie utilisée pour faire gagner le site web en visibilité. Il doit faire partie d’une stratégie globale de communication. Avec tous les leviers régulièrement cités sur des médias du marketing digital.

D’ailleurs, sur la Search Console Insights, on peut découvrir des précos via le nouvel affichage qui se gamifie avec des « réussites » :

précos search console insights

En clair, non contentes de nous dispenser des conseils SEO, les teams de Google nous rappellent que publier du bon contenu ne suffit pas forcément. Et qu’il convient de tabler sur d’autres leviers, là où notamment son audience se trouve principalement. Via et sur le levier Social Media. Via les supports dédiés et nichés que peuvent être les forums de discussion.

SEO : Les Photos et images comptent-elles vraiment ?

Penser à l’internaute permet de mieux appréhender le SEO

Lors de formations autour du SEO, j’ai remarqué à diverses reprises combien le vulgariser était important. Voire parfois crucial. Mais d’abord et surtout combien orienter le SEO sur l’internaute et l’utilisateur permettait de mieux comprendre la démarche SEO.

Cas d’école pour l’optimisation des images et photos pour le référencement naturel

Il est courant d’indiquer qu’optimiser des fichiers médias comme les images et photos pour le SEO est important. Et ça l’est. On invite les propriétaires de sites internet à bien nommer les fichiers images, à en réduire la taille et à renseigner la balise alt. Pour le SEO. Quand vous avez autour de vous plusieurs pairs d’yeux qui comprennent combien la tâche manuelle va être chronophage et rébarbative, vous aurez vite compris qu’amené comme ça, le sujet est bien intégré, mais qu’il fait déjà peur !

Or évidemment, optimiser et soigner les fichiers images pour le SEO, cela a d’autres vertus. D’autres effets qui peuvent être encore plus percutants et parlants pour les personnes qui n’ont aucune notion de référencement naturel et qui doivent par exemple dans le cadre de leur job, ajouter du contenu sur un site web (chargé(e) de communication etc…). Et s’occuper du traitement des fichiers médias. Comme en réduire la taille et consort…

Or, si on change d’angle, en prenant le parti de défendre l’expérience utilisateur, à savoir la fameuse UX, la perception de l’utilité de ces actions parfois rébarbatives (réduire la taille de l’image pour la rendre plus légère…) changera dans une majorité de cas. Prenant beaucoup + de sens !

En défendant l’expérience de l’internaute les pratiques SEO prennent un autre sens.

  •  Si vous nommez bien une image ou photo de manière pertinente, cela permettra aussi à certains navigateurs de décrire le contenu de l’image/photo à des internautes malvoyants ou non voyants.
  •  En nommant bien un fichier image ou photo, vous permettrez à un internaute dont la connexion est faible ou fluctuante, d’avoir une description textuelle du sujet de la photo, à défaut de voir la photo.
  •  Si vous réduisez la taille d’une photo très lourde car en HD, vous permettrez à des internautes qui se connectent avec une connexion moyenne en rase campagne ou zone mal couverte, en 3 ou 4G, de tout de même pouvoir afficher l’image sur leur smartphone.

Prises sous cet angle, les recommandations SEO comme les effets potentiels qu’ils auront, restent centrés sur l’internaute et donc l’expérience utilisateur (UX). Avec une vraie notion d’accessibilité.

Comme quoi présenter le SEO ou même former sur le SEO avec en point central, les effets concrets que peuvent avoir les recommandations basiques sur la vie des internautes, prend tout de suite une autre tournure. Un sens beaucoup plus orienté sur l’humain. Avec la notion de People-First récemment abordée par Google itslef.

Cela sera plus simple de comprendre l’intérêt du SEO pour former des personnes sur le SEO sans les perdre en route ou leur faire peur. Afin aussi de démontrer que le SEO n’a pas seulement ou uniquement vocation à rendre le site web SEO friendly, mais à leur rendre le plus agréable et utile pour l’internaute. Le plus facile à utiliser.

5/5 - (2 votes)

You may also like

Déposer un commentaire