Découvrir la base de données WordPress

Découvrir la base de données WordPress peut faire peur au premier abord. Pourtant, c’est encore un très bon moyen de prendre conscience de l’importance du rôle de cette fameuse base. En gros, sans elle, pas de contenu sur votre site web ou blog ! Et puis rappelons aussi que sans base de données, on ne peut pas installer WordPress 🙂 C’est dire combien elle est importante !

Aussi abordons aujourd’hui cette base de données et certains de ses tables essentielles ! 🙂

La base de données WordPress

Si vous avez installé WordPress par vos propres soins, vous vous rappelez peut-être qu’il vous aura fallu saisir les infos suivantes pour mener à bien toute l’installation du CMS :

page-saisie-bdd-wp

Sans cette étape de saisie de vos accès à votre base de données, il est tout bonnement impossible de continuer pour finaliser une install’ WordPress ^^ ! D’ailleurs, vous aurez logiquement au préalable, fait le nécessaire pour la création de cette base de données.

Une fois le job fait, vous pouvez accéder directement à votre base de données via la console PHPmyAdmin. Commune chez pas mal d’hébergeurs web.

Voir la base de données

Quoi qu’il en soit, connectez-vous à votre base de données avec les accès qui vont sont communiqués par votre hébergeur web. Chez OVH, tout est envoyé par email. Sauf le mot de passe que vous devez noter ou enregistrer. Chez o2switch, vous êtes maîtres de la création de bout en bout. Tout est accessible via le Cpanel.

Voilà en gros à quoi ça ressemble (partie gauche volontairement cachée) :

base de données

On peut découvrir le nom des tables à gauche, elles sont entourées en bleu. Tandis qu’à droite, on voit le volume/taille des données de chacune.

Le préfixe de la base de données WordPress

En l’occurrence, quand vous serez sur la page de votre base de données, vous verrez que vos tables sont toutes préfixées de la même manière (du moins si un seul site web WP utilise cette base.

Par défaut, c’est le préfixe suivant qui est utilisé pour WordPress : wp_

prefixe base de données wordpress

Il est justement important de s’arrêter sur ce fameux préfixe. Comme la plupart des installation WP disposent du préfixe wp_, il est largement recommandé lors de votre installation (si vous la faîtes), de mettre un autre préfixe que celui qui est le plus répandu. Pour des questions de sécurité 🙂

Mettez ce que vous voulez ! Par exemple : xhp_ ou encore gfr_

Quelques tables importantes

Par défaut après l’installation de WordPress, vous verrez certaines tables. Découvrons certaines pour comprendre l’importance de la base de données (= bdd).

wp_users

Cette table est essentielle. Incontournable. En l’occurrence, en anglais, users signifie « utilisateurs ». C’est donc la table qui contient votre compte WordPress et tout ce qui fait votre compte. Si vous avez plusieurs comptes sur le site, tout ce qui concerne l’intégralité des comptes y est présent :

  • user_login : c’est votre identifiant
  • user_pass : votre mot de passe
  • user_nicename : le nom que vous affichez sur votre site web WP
  • user_registered : date de création de votre compte 🙂

Bref, vous l’aurez compris, quand vous n’arrivez plus à retrouver votre mot de passe d’admin et que votre système d’envoi du mot de passe oublié ne marche plus (oui, ça arrive…), c’est ici que ça se passera pour changer un mot de passe dans la base de données. Mais attention, ça fera l’objet d’un futur tuto ! Car si vous tentez de simplement changer le mot de passe comme ça dans le champ, ça ne fonctionnera pas 😉

wp_options

Autre table essentielle : wp_options. C’est la table qui contient tous les réglages de votre site web WordPress :

  • blogname : nom du site web
  • blogdescription : Description/slogan du site web

Exemple en image :

Vous comprenez donc qu’avec cette autre partie de votre bdd, votre site web ou blog WordPress dépend de votre base de données. Sans elle, impossible pour WordPress de fonctionner ! =)

Cette partie contient généralement plusieurs centaines de lignes. Car si vous faîtes défiler les pages, vous verrez que les réglages de beaucoup de plugins y sont présents (jetpack, Koko Analytics et consort…).

wp_posts

Allez, passons à quelque chose de plus sympa 🙂 wp_posts !

C’est la partie qui contient tous vos articles et toutes vos pages. Si via le tableau de bord de WordPress on peut avoir l’impression que pages et articles sont complètement différents, dans votre bdd WordPress, c’est un peu + simple 🙂

Pages et articles sont tous stockés au même endroit : dans wp-posts 🙂

C’est la colonne « post_type » qui permet de les distinguer puisque :

  • une page s’appellera « page »
  • un article s’appellera « post »
  • une image s’appelle « attachment »

On peut le voir dans la capture qui suit dans la fameuse colonne post_type :

post typebase

Ici, vous aurez vraiment beaucoup de lignes si vous utilisez les révisions des articles WordPress (et pages). Sinon, vous aurez un nombre de lignes équivalent au total de vos médias attachés (images, photos…) etdu total de vos articles + pages.

wp_comments

WP_comments c’est la partie qui contient les commentaires du site web WordPress si les commentaires sont laissés ouverts, c’est à dire s’ils sont activés.

Vous y retrouverez donc la liste totale de tous les commentaires déposés par des internautes et/ou abonné(e)s sur vos pages et/ou articles. Voici grosse modo comment les colonnes s’organisent dans wp_comments :

  • comment_id : numéro du commentaire (tous vos commentaires en ont un, même les spams si pas classés comme tels).
  • comment_post_ID : référence bdd de l’article où se trouve le commentaire
  • comment_author : nom du commentateur/commentatrice
  • comment_author_url : adresse web/url du site ou blog de la personne qui a commenté
  • comment_author_IP : adresse IP de la personne qui a commenté au moment où elle commente
  • et ainsi de suite

En somme, tout ce qui est relatif aux commentaires stockés dans la base de données sera présent ici 🙂

Bref, si vous supprimez le contenu ici, vous perdez les commentaires !

Comment reconnaître les tables qui concernent WooCommerce ?

D’abord, je déconseille d’aller manipuler tout ce qui touche a WooCommerce dans la BDD sauf si vous savez très bien ce que vous faîtes 🙂

Et en l’occurrence, pour répondre à une question souvent posée, vous reconnaîtrez ce qui concerne WooCommerce grâce à la partie « wc » affichée après le underscore du préfixe de la bdd :

wp_wc_order

Ici voici comment se décomposé le nom de la ligne :

  • wp_ : préfixe de WordPress pour la base de données de ce site web
  • wc_ : concerne tout ce qui touche à WooCommerce
  • order : concerne les commandes passées par des personnes via WooCommerce
base de donnees tables woocommerce

D’ailleurs, si vous installez WooCommerce et le retirez ensuite – désactivation & désinstallation, tout ça restera bien que le plugin de ventes via WordPress soit retiré. Regrettable oui, l’idéal serait que nous puissions avoir le choix.

Sauvegarde de la base de données

Vous connaissez le caractère indispensable de la base de données pour WordPress. Aussi, vous savez déjà combien une sauvegarde fréquente est incontournable. Importante.

C’est pourquoi la recommandation minimale est d’avoir une sauvegarde de la base de données WordPress :

  • Quotidienne/chaque
  • Une sauvegarde supplémentaire à celle de l’hébergeur web, idéalement à distance du site web et de l’hébergeur web/hébergement.

Notons toutefois que la plupart des bons hébergeurs web proposent déjà par défaut une sauvegarde toutes les 24h de la base de données. La bonne nouvelle, c’est que les bdd de taille petite ou moyenne (sous les 200 Mo en somme), est qu’en cas de besoin de restauration, cette dernière ne prend logiquement que quelques minutes (moins de 5 min.).

La base de données de réseau multisite natif WordPress

Les plus grosses bases de données WordPress sont fréquemment celles des réseaux de sites natifs multisites WP. Elle peuvent vite faire plusieurs gigas. Au moins 1 giga quand il y a d’une douzaine de site à plus d’une quinzaine. Cela peut vite être une difficulté pour trouver des offres peu onéreuses ou du moins, abordables chez les hébergeurs web grand public du marché.

Aussi, si vous avez ce type de réseau ou envisagez d’en créer un, réfléchissez bien à ce besoin et à cette dépense. Tout comme il faudra avoir une sauvegarde et une capacité de restauration rapide en cas de besoin. Car quand la bdd tombe pour un réseau, ce sont tous les sites du réseau qui tombent avec.


Ce article sera prochainement enrichi. Il introduit une série de tutoriels directement portés sur la base de données qui porte elle-même, notre site web WordPress 🙂

Pour la culture, notez qu’il en va de même pour d’autres CMS, comme Joomla. La base de données tient une place centrale.

Partager ce contenu :
Griselidis
Griselidis

Bonjour ! Je suis Griselidis. Webmaster & Webdesigner freelance, je tiens ce site web depuis mai 2014. Depuis 10 ans déjà, je partage ici des tutoriels et articles pour vous aider à créer votre site web, le faire vivre et le faire connaître.

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous et abonnez-vous à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *